Nos auteurs

À la rencontre de HILDESHEIMER Françoise

Comme son nom ne l’indique pas, elle est niçoise. Et elle a consacré à sa ville natale plusieurs études  – comme avant elle son père, archiviste des Alpes-maritimes – dont sa thèse de doctorat. Chartiste, conservateur général du patrimoine aux Archives nationales, Françoise Hildesheimer est à la tête d’une imposante bibliographie, dont le fleuron est une biographie de Richelieu devenue un ouvrage de référence à la suite de celle de Roland Mousnier.

Affichant en permanence un petit sourire ironique sous un casque de cheveux poivre et sel taillés très courts et de fines lunettes, elle raconte avec son habituel humour à froid qu’elle est venue au cardinal par le canal de la télévision. On lui avait demandé d’être le conseiller historique d’un « docudrame » sur la Journée des dupes.

Depuis, elle est devenue la fidèle complice du premier ministre de Louis XIII, dont elle a édité le « Testament politique ». C’est à ce titre qu’elle a piloté en 2008, à l’occasion du 400e anniversaire de la nomination de Richelieu à l’évêché de Luçon, un colloque universitaire du CVRH qui a fait date.

Faut-il y voir l’effet du hasard ? Le pied-à-terre dont cette amatrice de musique classique et de randonnée pédestre est propriétaire en Vendée se trouve dans un ensemble immobilier baptisé… « La résidence du cardinal ».

 Pour le CVRH, elle a organisé le colloque Richelieu. De l'évêque au ministre (Les textes des actes sont parus dans Recherches vendéennes n° 16).

En vidéo