Françoise HILDESHEIMER

Comme son nom ne l’indique pas, elle est niçoise. Et elle a consacré à sa ville natale plusieurs études – comme avant elle son père, archiviste des Alpes-Maritimes – dont sa thèse de doctorat. Chartiste, conservateur général du patrimoine aux Archives Nationales, Françoise Hildesheimer est à la tête d’une imposante bibliographie, dont le fleuron est une biographie de Richelieu devenue un ouvrage de référence à la suite de celle de Roland Mousnier.

Elle raconte avec son habituel humour à froid qu’elle est venue au cardinal par le canal de la télévision. On lui avait demandé d’être le conseiller historique d’un « docudrame » sur la Journée des dupes. Depuis, elle est devenue la fidèle complice du premier ministre de Louis XIII, dont elle a édité le « Testament politique ». C’est à ce titre qu’elle a piloté en 2008, à l’occasion du 400e anniversaire de la nomination de Richelieu à l’évêché de Luçon, un colloque universitaire du CVRH qui a fait date, et publié sous le titre Richelieu. De l’évêque au ministre, dans Recherches vendéennes n° 16.