Nos auteurs

À la rencontre de PINEAU Bernard

Il a avec la commune où il vit et qui fait l’objet de son premier livre « des attaches immémoriales ». Ses recherches personnelles lui ont fait découvrir qu’en 1828 André Pineau a quitté Notre-Dame de monts pour Saint-Michel en l’Herm. Du côté maternel, on remonte au XVIIe siècle, lorsqu’un Ardouin venu de Dompierre-sur-Yon s’y installe.

Né dans une famille nombreuse, son père travaillant dans le secteur para-agricole, Bernard Pineau a fait ses études secondaires à Sainte-Ursule, à Luçon, avant de devenir professeur de maths dans l’enseignement catholique au Poiré-sur-Vie, puis à Saint-Jean-de-Monts. Il consacre sa retraite à la généalogie, au hasard d’une réunion de famille qui lui donne l’idée de rassembler les descendants d’André Pineau : en 2008, il rassemble 180 cousins, dont il dresse pour chacun l’arbre généalogique. Du coup, il cherche à comprendre comment s’est réalisée cette implantation michelaise, épluche les registres d’état-civil, met en fiche 978 mariés et mariées, en conclut qu’entre la Restauration et la Seconde Guerre mondiale, ce sont entre 200 et 300 personnes apparentées à sa famille qui ont émigré. Cette compilation lui donne l’envie d’écrire un livre sur sa commune, mais il ne sait pas trop comment procéder. Il va voir Alain Gérard au CVRH, qui lui donne une méthodologie à partir d’entretiens et de dépouillement d’archives. Le résultat est là : « Quand la mer voudra… » constitue un ouvrage de référence sur ce second « Saint-Michel au péril de la mer ».

Du coup, Pineau fourmille de projets, toujours axés sur sa paroisse de prédilection. Il songe à une étude sur les maçons creusois, qui furent nombreux dans la commune pour réparer l’abbaye ou construire des ouvrages d’art (on leur doit notamment la « digue des Limousins »), à une autre sur les employés de l’abbaye, dont les effectifs furent à la hauteur de l’importance de celle-ci à ses grandes heures… Le plus dur va être de choisir. Là aussi, il compte sur le CVRH pour le conseiller.

En vidéo