Jean-Marc JOUBERT

Jean-Marc JOUBERT

Parisien naturalisé Vendéen, Jean Marc Joubert n’aime rien tant que « cultiver son jardin ». Pas au sens propre (il affirme n’avoir aucune passion autre que la philosophie et les voyages), mais au figuré. Hellénisant et hébraïsant, ce normalien bardé de peaux d’âne – docteur et agrégé de philosophie, licencié en théologie orthodoxe, diplômé de grec moderne – est l’auteur d’une profusion d’ouvrages, articles et conférences. Il a publié notamment une savante étude de théologie comparée, « Foi juive et croyance chrétienne »). Avant de poser ses valises à La Roche-sur-Yon, où il dirige depuis 2005 le département de lettres de l’Institut catholique d’études supérieures, Jean-Marc Joubert a enseigné dans des universités égyptienne, malgache et turque, mais aussi à la très chic école des Roches, dans le Vexin normand. Son implantation bas bocaine a donné à ce quinquagénaire d’un flegme et d’un humour à froid très britanniques, un brin pagailleux sur les bords, de découvrir la Vendée et l’étendue de son patrimoine culturel et humain. C’est ce qui lui a donné l’envie d’organiser à l’ICES, en liaison avec le romancier Yves Viollier et en association avec le CVRH et le Printemps du livre de Montaigu, deux passionnants colloques sur la Vendée littéraire.