22,00

Des enfants juifs en Vendée, 1942-1944

Publié le 30 septembre 2016
ISBN : 978-2-911253-74-4
260 pages
24 x 15,5 cm

« Alors que disparaissaient nos familles naturelles dans la fumée des trains précédant celle des fours crématoires, d’autres familles, ici à Chavagnes-en-Paillers, nous ouvraient grand leurs bras et leurs cœurs. » Ainsi David Fuchs évoque-t-il, plus d’un demi-siècle après, ces temps où des familles vendéennes ont, à la barbe des nazis, préservé du pire plusieurs dizaines d’enfants juifs.

Mais pourquoi avoir précisément choisi cette Vendée que l’on présente souvent comme massivement pétainiste et encore marquée par le vieil antijudaïsme chrétien ?

Si Chavagnes, où les Allemands occupent le petit séminaire, demeure emblématique par le nombre d’enfants cachés et le risque particulier encouru, bien d’autres communes vendéennes s’inscrivent au palmarès de la lutte contre la persécution antisémite, de Montournais, la bocaine, à Croix-de-Vie, la côtière, en passant par Saint-Pierre-le-Vieux, la maraîchine, Saint-Valérien, la plainaude, Les Sables-d’Olonne, ou Vouvant, la forestière… Et pourquoi ce silence d’un demi-siècle ?

L’enquête sans complaisance de Jean Rousseau permet de suivre ces enfants depuis leurs familles des quartiers pauvres de Paris. Et de découvrir toute une chaîne d’héroïsmes discrets : la concierge qui sauve de la rafle, la blonde convoyeuse qui prend la petite main, puis dans un bourg vendéen une autre main qui se tend et qui protège avec un cœur pour aimer. Une histoire qui ruine les visions manichéennes. Une belle histoire d’amour donné et reçu.

1 cahier photos 12 pages en couleur ; 1 carte indiquant les communes où les enfants ont été accueillis ; 1 nouveau chapitre de 30 pages ; 1 liste des Justes de Vendée.

Nouvelle édition augmentée.